La grande aventure que fut la construction des barrages, déjà évoquée dans un précédent article de la Revue à propos du barrage d’Enchanet et largement relayée cette année par l’anniversaire de la construction du barrage de l’Aigle sur la Dordogne ainsi que l’intérêt pour les films que notre belle région a su inspirer, m’ont fait découvrir un chef d’œuvre, Lumière d’été (1943) de Jean Grémillon. En effet, les extérieurs de ce film remarquable et presque oublié aujourd’hui, associaient au drame du scénario des plans qui montraient la construction de la première tranche du barrage de l’Aigle ainsi que quelques vues de paysages et de lieux encore aujourd’hui reconnaissables de la Xaintrie environnante.

Veuillez vous identifier ou vous inscrire pour lire la suite...