Poursuivons notre découverte du paysage de Pleaux à travers les édifices et éléments lui donnant un caractère urbain au XVIIe siècle.

Après les troubles des guerres de Religion, le XVIIe siècle semble être une période de reconstruction et de rénovation du bâti pleaudien. Les prix-faits attestent que les nouvelles constructions sont souvent réalisées sur un "ayral de maison" . Nous avons présenté quelques exemples remarquables avec les réalisations d'Antoine Leconnet en 1656, de Guérin Puibasset en 1659 et de Pierre Dapeyron en 1661 . Les baux de location de bâtiments, plus nombreux que les prix-faits complètent les informations sur l'aspect et l'état du bâti à cette époque. Nous verrons qu'il en ressort une impression de délabrement voire de ruines. Comme ailleurs en Haute-Auvergne, reconstructions et rénovations s'étalent dans le temps. Aurillac, par exemple, est un "immense chantier de 1590 à 1640 environ" , à Calvinet en 1647, de nombreuses maisons sont des masures abandonnées depuis longtemps, à Cassaniouze en 1690, le presbytère détruit par les protestants n'est toujours pas reconstruit . Ne soyons donc pas surpris par des travaux apparemment tardifs pour relever les ruines dues aux guerres civiles et aux ravages des pestes responsables de l'abandon de biens fonds.

Veuillez vous identifier ou vous inscrire pour lire la suite...